Les partenaires

Floralab, un projet collaboratif aux multiples facettes partenariales

La coopération inter-professionnelle et transfrontalière, via le partage et la mutualisation des méthodes et outils de travail, mais aussi d’expériences, permet de mieux appréhender la dynamique de ces espèces floristiques, et de mettre en œuvre des mesures de protection adaptées à des contextes et échelles de travail pertinents.

Les partenaires bénéficiaires et associés

Logo de l'IEA et de ses partenaires associés
Carte du territoire et des partenaires de Floralab

1. La Fédération des Réserves Naturelles Catalanes

Chef de file

La Fédération des  réserves naturelles catalanes (FRNC) est co-gestionnaire de 9 réserves naturelles nationales dans les Pyrénées-Orientales. Elle réalise des suivis scientifiques, des travaux de gestion conservatoire et mène des actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement. A l’initiative de cette démarche multi-partenariale, elle anime depuis 2012 le réseau transfrontalier FLORACAT et depuis 2020 le projet européen FloraLab.

Intérêt porté au projet Floralab

La Fédération des réserves catalanes étudie certaines espèces floristiques d’intérêt majeur sur son territoire ; or, travailler sans partenariat, limite la portée des connaissances et souvent, la pertinence des actions.

En effet, pour de nombreuses espèces, le manque de comparaison avec d’autres populations (ici, végétales), rend difficile l’interprétation des dynamiques démographiques et la mise en place d’une gestion adaptée.

Avec l’arrivée des changements globaux, les menaces qui pèsent sur les plantes sélectionnées dans le cadre de Floralab, s’accentuent. Les préserver, nécessite des actions cohérentes et collectives.

Animer ce réseau transfrontalier et travailler ensemble c’est donc partager les connaissances, échanger sur les aspects techniques, faire mijoter des idées innovantes et créer ainsi une belle synergie autour de ce projet.

Partenaire associé de la FRNC

Le Conseil Départemental des Pyrénées Orientales

Le Département des Pyrénées-Orientales bénéficie d’un territoire d’une richesse écologique majeure, sa politique environnementale vise d’une part à soutenir les initiatives locales en faveur de sa protection en s’appuyant sur les gestionnaires locaux et d’autre part à intervenir directement pour la gestion de sites naturels et la connaissance d’espèces et d’espaces emblématiques.

Ainsi, le Département dispose d’un partenariat privilégié avec la FRNC et s’appuie largement sur son savoir-faire pour impulser sa stratégie de protection et de valorisation des espaces naturels et de la biodiversité.

Intérêt porté au projet Floralab

Le projet Floralab contribue à l’amélioration des connaissances botaniques et au développement d’habitudes de travail communes entre scientifiques et experts transfrontaliers et cet objectif est essentiel à la politique départementale de la biodiversité. Floralab s’inscrit dans des priorités d’actions qui favorisent l’adaptation et la transférabilité de processus complexes. 

Les nombreux outils envisagés, grands publics et professionnels, vont en effet permettre de démultiplier le respect et la prise en compte d’une biodiversité exceptionnelle pyrénéenne.

La transmission de ces savoirs constitue un enjeu central, le Département y attache une grande importance car elle vise à éclairer les choix stratégiques et opérationnels.

En savoir plus sur le Conseil Départemental 66 
En savoir plus sur la gestion des espaces naturels

2. Le Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes

Partenaire bénéficiaire

Logo du Parc naturel Régional des Pyrénées Catalanes

La Charte du PNRPC, renouvelé en 2014, priorise l’intervention du Syndicat Mixte et de ses partenaires pour les 12 prochaines années. Ce document cadre s’organise en trois vocations :

  1. Territoire engagé pour une protection et une gestion durable de ses espaces ;
  2. Territoire rassemblé pour développer un tourisme durable ;
  3. Territoire d’échanges pour développer la vie locale.

La première vocation cible prioritairement la responsabilité du territoire de projet face à la gestion des milieux naturels et notamment les espaces aquatiques, forestiers et agricoles. Chaque thème est d’ailleurs intégré au programme d’actions des chargés de missions tous spécialistes : ingénieur agronome, ingénieur forestier et expert flore et zones humides.

Au-delà de la nouvelle Charte du Parc, le syndicat mixte développe ses actions depuis 2007 dans la préservation des milieux naturels avec notamment des projets aboutis : suivi floristique de la tourbière du Lac d’Aude dans le cadre du POCTEFA GREEN ; contrats Natura 2000 visant la préservation des habitats naturels d’intérêt communautaire, inventaire et suivi des espèces prioritaires pour une meilleure prise en compte dans les projets d’aménagement.

Intérêt porté au projet Floralab

Le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes s’implique au sein du réseau des structures gestionnaires de l’Est des Pyrénées, catalans, andorrans, ariégeois dans une stratégie botanique transfrontalière.

Le Parc naturel régional à travers sa charte, s’est fixé comme objectif de préserver les espèces patrimoniales et indicatrices d’un bon état de conservation des milieux. Plusieurs espèces floristiques prioritaires, présentes au niveau des zones humides bénéficient des suivis floristiques comme le Botrychium matricariifolium avec des recherches sur l’écologie de l’espèce en lien avec l’université Via Domitia de Perpignan et Gentiana pneumonanthe, qui a la particularité d’être l’hôte biologique d’une population de papillon Maculinea alcon, dont ce suivi profite également.

3. Le Conservatoire des Espaces Naturels d’Ariège

Partenaire bénéficiaire

Logo du conservatoire des espaces naturels d'Ariège

L’ANA-CEN Ariège se consacre depuis 30 ans à l’étude des milieux naturels, de la faune, de la flore et aux relations liant l’Homme et la nature. Sa vocation se décline en 3 axes : connaître, faire connaître et protéger la nature en Ariège en s’appuyant sur le dialogue et une dynamique de partenariat continue.

Elle est gestionnaire (acquisition ou convention de gestion) d’environ 2500 ha de différents types de milieux de la plaine à la haute montagne et est labellisée CPIE (Centre permanent d’initiatives pour l’environnement). Elle a rejoint le réseau FloraCat en 2016.

Intérêt porté au projet Floralab

Le projet Floralab nous permet d’appréhender l’étude et la conservation des plantes patrimoniales pyrénéennes à une échelle biogéographique cohérente pour l’Est des Pyrénées et ce, de façon partenariale. Sa force est le travail en réseau et la mutualisation des idées et des moyens pour améliorer les actions de préservation de la flore de nos montagnes.

4. L’Université de Perpignan Via Domitia

Partenaire bénéficiaire

Logo de l'université de Perpignan Via Domitia

Le LGDP (Laboratoire Génome et Développement des Plantes) est une unité de recherche de l’Université de Perpignan Via Domitia (UPVD) associée au CNRS (UMR 5096). Il est organisé en 7 équipes de recherche complémentaires et réunit 55 membres, incluant 38 personnels permanents (19 CNRS, 18 UPVD and 1 IRD). Il étudie la structure, l’évolution et la fonction des génomes ainsi que les causes et les conséquences de la structure génétique de populations naturelles.

Le CEFREM (CEntre de Formation et de Recherche sur les Environnements Méditéranéens) est une unité de recherche de l’Université de Perpignan Via Domitia associée au CNRS (UMR 5110). Il est organisé en deux équipes de recherche et réunit 53 membres, incluant 41 personnels permanents (11 CNRS, 30 UPVD). Il participe au projet Floralab en mutualisant ses compétences dans le domaine du changement climatique via ses études hydro-climatologiques, micropaléontologiques et géochimiques.

Ces laboratoires sont tous deux rattachés à la nouvelle Fédération de Recherche Energie Environnement (FREE) dont les objectifs sont de promouvoir une dynamique de recherche scientifique inter‐laboratoires et interdisciplinaire sur le site de l’UPVD et de rationaliser le développement, le fonctionnement et la gestion de ses plateformes de recherche et de transfert.

Intérêt porté au projet Floralab

Le LGDP et le CEFREM contribuent à ce projet dans leur domaine d’expertise respectif (analyse de la structure génétique de populations naturelles et analyses pédologique/climatique).

Ce projet renforce :

  • le partenariat du LGDP et du CEFREM avec les gestionnaires d’espaces naturels
  • l’ancrage territorial des deux laboratoires dans les Pyrénées-Orientales et en transfrontalier

Le LGDP et le CEFREM contribuent activement aux formations dispensées à l’Université de Perpignan Via Domitia, de la licence au master, au sein de leurs départements respectifs, biologie et géologie. Ils sont rattachés à l’école doctorale 305 « Energie Environnement » et forment régulièrement des étudiants à et par la recherche du master au doctorat. Les étudiants du master Biodiversité, Ecologie et Evolution bénéficieront de la formation dispensée dans le cadre de ce projet ainsi que de la création d’un module Floralab dans leur nouvelle offre de formation.

5. Generalitat de Catalunya

Partenaire bénéficiaire

Logo de la Generalitat de Catalunya

La Generalitat de Catalunya, à travers la Direction générale des politiques environnementales et de l’environnement naturel, est chargée de la conservation de la flore protégée de Catalogne. Cette flore est constituée de taxons (flore vasculaire, bryophytes, lichens et champignons) qui bénéficient d’un certain niveau de protection juridique, soit par des réglementations internationales (Directive Habitats, etc.), d’État (Liste des espèces sauvages sous protection spéciale, Catalogue national des espèces menacées, etc.) ou catalan (Catalogue de la flore menacée de Catalogne, etc.). Actuellement, dans le catalogue de la flore menacée de Catalogne il existe un total de 326 espèces, dont Orchis spitzelii, Chrisosplenium alternifolium, Maianthemum bifolium, Gentiana pneumonanthe, Astragalus penduliflorus, Salix lapponum, Pedicularis comosa subsp. asparagoides, Botrychium matricariifolium et Delphinium montanum, tous inclus dans le projet Floralab, avec d’autres espèces comme Xatardia scabra.

Au sein de la Direction générale des politiques environnementales et de l’environnement naturel, le Service de la faune et de la flore est l’unité chargée d’élaborer les politiques de protection et de conservation de la flore. A cet effet, il élabore des plans de restauration et de conservation, effectue des recensements et un suivi de certaines populations, mène un programme de surveillance et mène des actions de conservation tant in situ qu’ex situ. Cet ensemble d’actions est mené en étroite collaboration avec les différents espaces protégés, tels que le parc naturel de l’Alt Pirineu, le parc naturel de Cadí-Moixeró et le parc naturel de les Capçaleres del Ter i del Freser.

Intérêt porté au projet Floralab

D’autre part, pour la préservation et l’amélioration des populations de flore, le Service de la faune et de la flore protégées dispose de ses propres ressources ou collabore avec d’autres entités ou projets, comme le projet Floralab. Ce projet nous permet d’avancer dans la conservation des espèces susmentionnées et nous donne également l’opportunité de le faire avec l’aide d’experts d’autres pays et d’autres espaces naturels.

Le parc naturel de l'Alt Pirineu, créé en 2003, est situé dans la partie ouest des Pyrénées catalanes, dans les comarques du Pallars Sobirà et de l'Alt Urgell, entre le Val d'Aran à l'ouest et la Principauté d'Andorre à l'ouest. Il a une superficie de 79 317,21 ha répartis sur 15 communes. C'est également une zone de conservation spéciale (ZEC) Alt Pallars (code ES5130003) et La Torrassa (code ES5130022) et zone de protection spéciale pour les oiseaux (ZEPA) Alt Pallars (code ES5130003). Il s’étend sur une grande amplitude altitudinale, avec un dénivelé d'environ 2 500 m entre son point le plus bas (650 m) et le plus haut (Pica d'Estats, 3 143 m). On y dénombre 6 habitats d'intérêt communautaire prioritaire, dont les seules formations de Juniperus thurifera présentes en Catalogne et 30 habitats d'intérêt communautaire non prioritaires. Les mouillères et tourbières (118 mouillères totalisant 275 ha) sont très bien représentées et les forêts de pins noirs, de pins rouges et d'épinettes, étendues et bien conservées, sont également très nombreusess. En ce qui concerne la flore vasculaire, 1590 espèces ont été identifiées dont 22 espèces sont menacées ou très rares en Catalogne, comme Cerinthe glabra, Hippuris vulgaris, Juniperus thurifera, Salix hastata, Matthiola valesiaca ou Astragalus penduliflorus. En termes de faune, on dénombre, entre autres, 268 espèces de vertébrés, 29 odonates avec une espèce endémique quasi exclusive du parc, le lézard du Pallars.

Le parc naturel du Cadí-Moixeró, déclaré en 1983, est situé à l’est des Pyrénées dans les secteurs de Berguedà, de la Cerdagne et de l'Alt Urgell, et est formé de deux grandes chaînes de montagnes, le Cadí et le Moixeró, qui constituent une impressionnante barrière géographique à la jonction entre les Pré-Pyrénées et les Pyrénées. Il s'agit à la fois d'une zone de conservation spéciale (ZEC) et d'une zone de protection spéciale pour les oiseaux (ZEPA) -Prepirineu Central Català (code ES0000018)- et renferme le parc naturel d'intérêt national du massif de Pedraforca, qui comprend la montagne Pedraforca et la vallée du Gresolet. . Il compte environ 41 000 ha sur 17 communes. Le parc accueille, en plus d'une grande biodiversité, des lieux d'une beauté et d'une attraction particulières. C'est l'une des aires protégées catalanes avec le plus grand nombre d'habitats et d'espèces de flore et de faune d'intérêt européen (30 dans chaque catégorie). Le parc abrite un très grand nombre d'espèces de flores rares ou protégées. Il y a 13 espèces classées menacées dans le Livre rouge de la flore de Catalogne et une vingtaine d'autres qui ne sont pas clairement menacées mais qui sont très rares. Actuellement, une seule espèce bénéficie d'une protection légale au niveau européen (Dracocephalum austriacum) et 12 au niveau catalan.

Le Parc Naturel des Capçaleres del Ter i del Freser, créé en 2015, est situé à l’est des Pyrénées, dans la comarque du Ripollès, et a une superficie de plus de 14 000 ha répartis sur 7 communes. C'est à la fois une zone de conservation spéciale (ZEC) et une zone de protection spéciale pour les oiseaux (ZEPA) (code ES5120002). Il est constitué de la partie de haute montagne la plus orientale des Pyrénées catalanes, correspondant aux groupes de montagnes qui composent le cours supérieur des rivières Ter et Freser, avec des sommets atteignant près de 3000 m (Puigmal 2910 m, Bastiments 2881 m). Il présente de bons exemples de géomorphologie d’origine glaciaire et périglaciaire pyrénéenne (cirques, zones encombrées, etc.) et est unique car il contient des habitats de grand intérêt (38 habitats d'intérêt communautaire) et de nombreuses espèces de vertébrés et d'invertébrés rares ou menacés et une flore de haute montagne. riche et diversifiée, avec environ 30 espèces protégées. Il convient également de mentionner sa dimension spirituelle(Vallée de Núria), le pastoralisme et l'utilisation durable des ressources naturelles qui s'y déroulent et sa forte fréquentation touristique i (alpinisme, randonnée, etc.).

6. Institucio Catalana d’Historia Natural

Partenaire bénéficiaire

Logo de l'intitucio catalana d'historia natural

L’ICHN fait la promotion de la connaissance et la conservation du patrimoine naturel sur le territoire de culture catalane. Il réalise des suivis, des études scientifiques, des activités de sensibilisation et des actions de gestion concertée avec les acteurs locaux. Il participe au réseau de suivi botanique FloraCat depuis 2012.

Intérêt porté au projet Floralab

L’ICHN participe au projet Floralab comme partenaire bénéficiaire en s’impliquant aussi bien dans la coordination comme dans les actions de suivi, de conservation, de formation et de sensibilisation de la population locale sur les taxons menacés.

Les principales activités de la structure se concentrent sur la coordination du projet, l’appui à la Fédération des réserves naturelles catalanes sur la traduction de documents et de communication, ainsi que sur la création des laboratoires à ciel ouvert, le suivis de 5 taxons, les actions de conservation en concertation avec les acteurs locaux pour la conservation de 4 taxons, des formations universitaires et techniques et finalement sur la sensibilisation et l’implication de la population locale à travers le projet participatif « des villages botaniques des Pyrénées ».

7. Institut d’Estudis Andorrans

Partenaire bénéficiaire

Logo de l'institut d'estudis Andorrans

Le CENMA de l’Institut d’Estudis Andorrans travaille sur le suivi floristique des plantes menacées depuis 2004. Il a conçu le suivi de plantes des combes à neige des Pyrénées et a travaillé sur la Check-list et la Liste Rouge de la flore d’Andorre, entre autres. Il est un membre actif du réseau Floracat depuis sa création.

Intérêt porté au projet Floralab

En tant qu’entité de recherche, le CENMA porte un grand intérêt pour participer et coopérer avec d’autres entités sur des projets transversaux y compris en dehors de son territoire. L’étude des espèces rares et menacées est beaucoup plus précieuse lorsque la recherche est menée à l’échelle mondiale et dans l’objectif d’améliorer la qualité de la recherche, il est très important pour le CENMA de jouer un rôle actif dans Floralab. D’autre part, nous sommes heureux d’encourager la recherche sur la flore dans les parcs naturels d’Andorre, en facilitant leur participation à ce projet.

Les co-financeurs

Ce  programme est financé par le Fonds européen de développement régional (FEDER), en France par le Fonds national d’aménagement et de développement du territoire (FNADT) et par l’autofinancement de l’ensemble des partenaires bénéficiaires du projet.

Le Fonds européen de développement
régional (FEDER)

Logo Interreg Poctefa

POCTEFA 2014-2020 est l’acronyme du Programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre. C’est un programme européen de coopération transfrontalière créé afin de promouvoir le développement durable des territoires frontaliers des trois pays.

Le POCTEFA 2014-2020 constitue la cinquième génération de soutien financier communautaire destinée à renforcer l’intégration économique et sociale de cette zone frontalière. Il cofinance des projets de coopération transfrontalière conçus et gérés par des acteurs situés des deux côtés des Pyrénées et des zones littorales qui participent au Programme en préservant la croissance intelligente, durable et inclusive du territoire.

Le programme promeut le développement durable du territoire frontalier. Il contribue à réduire les différences de développement du territoire et à unir des forces afin de parvenir au développement durable de la région et à la cohésion des régions qui la composent. En résumé, le programme, grâce à des fonds européens, contribue à améliorer la qualité de vie des habitants de la région.

Le Fonds national d’aménagement
et de développement du territoire (FNADT)

Logo ANCT

Le Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire (FNADT) apporte le soutien de l’État, en investissement comme en fonctionnement, aux actions qui concourent à mettre en œuvre les choix stratégiques de la politique d’aménagement du territoire.

Les subventions ont été accordés par l’Agence nationale de la cohésion des territoires qui agit au bénéfice des territoires de montagne en perpétuant son soutien aux politiques de massif via les commissaires de massif et les dotations en appui des contrats de plan interrégionaux de massif.

Un programme Interreg-Poctefa

Logo Interreg Poctefa

Le projet a été cofinancé à hauteur de 65 % par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) dans le cadre du Programme Interreg V-A Espagne-France-Andorre (POCTEFA 2014-2020). L’objectif du POCTEFA est de renforcer l’intégration économique et sociale de l’espace frontalier Espagne-France-Andorre. Son aide est concentrée sur le développement d’activités économiques, sociales et environnementales transfrontalières par le biais de stratégies conjointes qui favorisent le développement durable du territoire.